Lecteur Urbain

Le guide du lecteur intergalactique

Blog de livres fantasy, science-fiction, histoires, romans...

Science-Fiction

Phare 23 de Hugh Howey

Après avoir aimé la trilogie Silo de Hugh Howey, je suis tombé sur son nouveau roman Phare 23, un livre one-shot que l’on pourrait classer dans les Space opéras.

Les gardiens de phare. Pendant des siècles, ils ont assuré la sécurité des bateaux. C’est un boulot solitaire et bien souvent ingrat. Jusqu’à ce que quelque chose se passe. Qu’un bateau soit en détresse. Au XXIIIe siècle, on pratique toujours ce métier, mais dans l’espace. Un réseau de phares guide à travers la Voie lactée des vaisseaux qui voyagent à plusieurs fois la vitesse de la lumière. Ces engins ont été conçus pour être d’une solidité à toute épreuve. Ils ne connaissent jamais d’avaries. En théorie du moins… Après la trilogie Silo, Hugh Howey revient avec un roman au suspense haletant. Dans un monde en proie aux aliens et à la guerre interstellaire, il met en scène le destin d’un homme rongé par un mal tout aussi redoutable : l’infinie solitude des confins de l’espace.

Autant l’avouer tout de suite, j’ai assez bien aimé le début du roman, quand on découvre l’univers (confiné à un « phare » nouvelle génération) du personnage principal avec ses tourments d’ancien soldat et surtout  sa solitude. Le fait qu’on soit à la première personne et qu’on ait accès aux pensées du personnage renforce la puissance de cette partie. Cela correspond à peu près au premier tiers du livre.

C’est après que ça se corse un peu… En effet, le personnage principal (dont on ne connaît que les surnoms « Digger » et « soldat »), n’est plus vraiment tout seul. On entre dans sa balise et sa vie comme dans un moulin. C’est une suite de saynètes avec des personnages différents (pêle-mêle : des chasseurs de prime, un animal extra-terrestre de compagnie, une gardienne de phare voisine…) pour nous amener à une réflexion sur la guerre assez simple : « La guerre c’est mal ». La fin est totalement irréaliste dans le sens où l’enjeu est considérable et est traité en 20 pages.

Finalement, ce roman est trop court pour traiter de l’aspect de la guerre interstellaire et trop long pour le sujet du gardien de phare galactique. La bonne idée était là, mais mal traité selon moi. Hugh Howey aurait pu se contenter d’un roman court mais traitant uniquement de la solitude du gardien de phare plutôt que de vouloir en mettre encore plus en rendant le roman un peu fouillis et pour bâcler la fin.

Phare 23 (Beacon 23)
de Hugh Howey

Ma note : 5/10

232 pages | ISBN : 978-2330066321 | acheter sur Amazon

1 Comment Phare 23 de Hugh Howey

Leave A Comment